Pour la réalisation du PTU du Bassin houiller !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le Groupe BLE Lorraine est favorable à la construction d’un Plateau Technique Unique (PTU) (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/06/22/amenagement-du-site-du-futur-plateau-unique-hospitalier-de-moselle-est/) dans le Bassin houiller lorrain. Cette infrastructure inscrite dans le plan Hôpital 2012 doit réunir toutes les spécialités lourdes et remplacer cinq établissements disséminées dans le secteur. Le PTU permettrait de plus de mutualiser les moyens, d’endiguer les déficits abyssaux des différentes entités (11,2 millions d’euros pour Hospitalor à Saint-Avold, 8,6 millions d’euros pour la Carmi-Est à Freyming-Merlebach et 2,5 millions d’euros pour Unisanté à Forbach) et de limiter la fuite des patients vers les autres bassins de santé.

Le projet est gestation depuis plusieurs années parce que les maires des communes concernées se sont déchirés pour son implantation (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/02/23/sante-en-moselle-est-saint-avold-na-rien-compris/), finalement décidée sur le ban de Betting. Malheureusement, il est une fois de plus remis en cause par le rapport Bur (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/03/11/sauvons-le-regime-minier/).

Par ailleurs, selon les médecins des établissements hospitaliers de Moselle-Est, l’Agence Régionale de Santé laisse volontairement « pourrir la situation », alors que des « hôpitaux vont se casser la figure et qu’il risque d’y avoir des plans sociaux ». L’ARS refuse comme d’habitude de « prendre ses responsabilités ».

Coincé entre le futur hôpital de Mercy (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/07/10/precisions-sur-le-nouvel-hopital-de-metz/) et le nouvel hôpital de Sarreguemines, le PTU ne serait en effet plus une priorité. Un désert médical se profilerait par conséquent pour 220 000 habitants. 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

6 Réponses à “Pour la réalisation du PTU du Bassin houiller !”

  1. Santé : le Bassin houiller à nouveau menacé

    Aujourd’hui, le Bassin houiller dispose de 980 lits répartis sur six sites de moyenne ou petite taille. A l’heure de la tarification à l’activité, cette organisation, qui creuse les déficits, n’est plus viable. C’est pourquoi, tous les acteurs de terrain planchent sur un nouveau schéma depuis plus de cinq ans. Un objectif a été fixé pour 2015 avec la construction d’un Plateau Technique Unique (PTU), un grand hôpital moderne regroupant plus de 400 lits (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/03/13/pour-la-realisation-du-ptu-du-bassin-houiller/) et tous les services lourds (médecine, chirurgie, obstétrique …). L’Etat français a promis une enveloppe de 80 millions d’euros (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/01/31/818-millions-deuros-pour-le-ptu-du-bassin-houiller/) et un site a été choisi sur le ban de la commune de Betting (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/06/22/amenagement-du-site-du-futur-plateau-unique-hospitalier-de-moselle-est/), près de Freyming-Merlebach.

    Ce projet recueille une quasi-unanimité, surtout au sein de la communauté médicale. Mais Paris, via son bras armé en Lorraine, à savoir la sinistre Agence Régionale de Santé (ARS), déjà au cœur d’une polémique avec la fermeture du service de chirurgie cardiaque de l’hôpital Bonsecours de Metz (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/01/22/pole-lorrain-de-chirurgie-cardiovasculaire-et-si-les-des-etaient-pipes/), a fixé une condition : le retour à l’équilibre financier des établissements hospitaliers existants. Or, cette condition est impossible à remplir en si peu de temps. D’autant plus que certaines structures, comme Hospitalor, connaissent des déficits abyssaux allant jusqu’à 20 millions d’euros.

  2. En raison de toutes ces restructurations intermédiaires, plus personne ne croit vraiment à la réalisation du PTU parmi les personnels de santé. Ces derniers pensent ainsi que la période intermédiaire va servir de prétexte pour amoindrir l’offre de soins et à rayer le Bassin houiller de la carte sanitaire, alors qu’il possède un nombre d’habitants équivalent au secteur proche de Metz.

    L’enjeu est effectivement de taille pour le Bassin houiller. En effet, la population, vieillissante et touchée par un taux de mortalité évitable supérieur à la moyenne, a plus que jamais besoin d’une offre de proximité. Mais le PTU est aussi une affaire d’aménagement du territoire. Rudement ébranlé par les crises successives, le bassin peine à se relever. Depuis la fin de l’exploitation minière, les hôpitaux constituent le plus gros employeur du secteur. S’ils se réduisent comme peau de chagrin, la Moselle-Est devra endurer une nouvelle catastrophe économique, sociale et humaine.

  3. Coupes claires à Hospitalor

    La maternité et le service pédiatrique d’Hospitalor à Saint-Avold fermeront leurs portes en juin 2011 malgré l’opposition des syndicats. 150 à 200 suppressions d’emploi sont annoncées dans un secteur déjà tristement caractérisé par le plus fort taux de chômage de Lorraine.

    Rappelons qu’en raison d’un déficit de 20 millions d’euros, l’Agence Régionale de Santé (ARS) avait acté la fermeture de la maternité et du service pédiatrique dans le cadre du regroupement de l’offre de soin dans le Bassin Houiller. Ces deux services devraient rejoindre le Centre Hospitalier Marie Madeleine de Forbach.

    En attendant, le personnel se dit inquiet pour son avenir et celui des patients.

    Le 22 octobre 2010, le conseil municipal de Saint-Avold avait voté une motion afin d’affirmer son opposition aux restructurations médicales dans le Bassin houiller.

  4. Pôles de cardiologie et d’urgences dans le Bassin houiller

    Les travaux ont dernièrement commencé dans l’ancienne maternité d’Hospitalor, à Saint-Avold (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/04/13/coupes-claires-a-hospitalor/). L’établissement accueillera en effet à partir du 5 septembre le service de cardiologie, composé de 12 lits, ainsi que la réadaptation cardiaque de l’hôpital naborien Lemire. À terme, celui-ci axera ses prestations sur la gériatrie. Le service de cardiologie de l’hôpital de Freyming-Merlebach devrait aussi rejoindre Hospitalor Saint-Avold. Il devrait disposer de 15 lits.

    Le Bassin houiller se retrouverait donc avec deux pôles combinant chacun des services de cardiologie et d’urgences. Ils seraient situés aux extrémités du bassin, c’est-à-dire à Saint-Avold et à Forbach.

    Ces transferts de services s’inscrivent dans le projet médical intermédiaire, initié notamment par l’Agence Régionale de Santé (ARS). Ce projet, prélude à la réalisation, si elle a lieu, du Plateau Technique Unique (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/03/16/sante-le-bassin-houiller-a-nouveau-menace/), doit voir la construction d’un grand hôpital qui serait basé au sein du Bassin houiller.

  5. Promesse avait été faite à la population que jusqu’au dernier mineur, compte-tenu des pathologies particulières, on garderait cette offre médicale. Or, on constate aujourd’hui que le PTU du bassin houiller est gelé. C’est pour qu’on se taise. Mais en fait, c’est un projet fantôme. Il sera supprimé !

  6. Le Groupe BLE Lorraine demande que le projet de Plateau Technique Unique (PTU) soit relancé par l’Etat français. Il est en effet inadmissible que les 300 000 habitants de Moselle-Est n’en bénéficient pas.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.