Chez le Préfet du Grand Est pour défendre la Lorraine

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le Président du Groupe BLE Lorraine, Monsieur Thomas Riboulet, a dernièrement conduit la délégation lorraine qui été reçue en l’Hôtel de Préfecture à Strasbourg par Monsieur Jean-Luc Marx, Préfet de la Région du Grand Est et Préfet du Bas-Rhin, dans le cadre de ses consultations sur l’avenir institutionnel de l’Alsace et désormais de la Lorraine. Monsieur le Préfet doit en effet remettre d’ici fin juin un rapport sur la question à Monsieur le Premier Ministre.

Monsieur Camille Zeghmouli, Vice-président du Parti Lorrain et Adjoint au Maire de Golbey (Vosges) faisait également partie de cette délégation.

A cette occasion, la synthèse des travaux de réflexion menés par le Groupe BLE Lorraine au sujet de l’avenir institutionnel de la Lorraine et de l’Alsace a été remise en main propre à Monsieur le Préfet (Lire la synthèse ici). Ces travaux sont le fruit des réflexions de notre association, de ses membres et de ses contributeurs. Ils ont également été menés pour certains aspects, en partenariat avec d’autres organisations, à l’image du Parti Lorrain, afin de nourrir et d’enrichir la vision du Groupe BLE Lorraine au sujet de l’Alsace et de ses relations avec la Lorraine.

L’entretien, d’une bonne heure, a été respectueux et sincère. Monsieur le Préfet s’est montré très à l’écoute et a pris bonne note, particulièrement au sujet de la possibilité de fusionner les quatre départements lorrains pour former une collectivité unique de Lorraine. Une proposition de loi a d’ailleurs été déposée en ce sens fin 2017 au Sénat. La question de l’égalité républicaine entre les territoires a également été évoquée. Autrement dit, ce qui est envisagé et fait pour l’Alsace, doit aussi l’être pour la Lorraine et la Champagne-Ardenne. La notion d’égalité, chère à la devise de la France, doit être respectée au risque d’accentuer les disparités territoriales, d’autant plus au regard de l’histoire de la Lorraine (800 ans comme Etat indépendant et souverain avant son rattachement à la France à la fin du XVIIIème siècle) et au rôle qu’elle a joué dans la reconstruction et au développement du pays après-guerre.

La création d’une nouvelle Région Lorraine sous la forme d’une collectivité unique à statut particulier devra s’accompagner bien entendu d’une délégation de compétences dans les domaines de la culture, de l’enseignement, de l’économie et de la coopération transfrontalière. Cette nouvelle Région Lorraine devra reposer sur une légitimité citoyenne. Dès lors, la question du maintien ou de l’abandon de la Région Grand Est devra être posée par voie de référendum, afin de repartir sur de bonnes bases. Elle pourrait de même ouvrir la voie à l’extension du Droit Local alsacien-mosellan à l’ensemble de la Lorraine par expérimentation dans un souci d’harmonisation et de nivellement par le haut. Cette extension, à envisager dans le cadre constitutionnel, créerait de facto les conditions de sa pérennisation.

A noter enfin que Messieurs Riboulet et Zeghmouli ont par ailleurs demandé à devenir les interlocuteurs privilégiés de Monsieur le Préfet sur ce sujet et pour tout autre relatif aux anciennes régions. Il faut dire que différentes initiatives ont été menées par le Groupe BLE Lorraine pour défendre et faire-valoir les droits de la Lorraine, à l’image par exemple de la pétition « Rendez-nous la Lorraine » et de l’Appel à la Lorraine.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Une réponse à “Chez le Préfet du Grand Est pour défendre la Lorraine”

  1. Au terme de ses consultations, le Préfet de la Région du Grand Est, Jean-Luc Marx, a remis fin juin et en toute discrétion son rapport sur l’avenir institutionnel de l’Alsace et par extension de la Lorraine au Premier Ministre français Edouard Philippe. Rappelons que Thomas Riboulet et Camille Zeghmouli, respectivement Président du Groupe BLE Lorraine et Vice-président du Parti Lorrain, avaient été reçus par le Préfet à ce sujet pour faire valoir le point de vue lorrain et faire entendre la voix de la Lorraine. Deux ans et demi après sa création, la méga région Grand Est, imposée sans concertation dans un climat de défiance, cherche en effet toujours la moindre légitimité. A noter enfin, transparence de la vie politique oblige, que seul Matignon peut décider de communiquer sur le contenu du rapport à la date qu’il choisira.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.