Non à la fermeture d’une classe à Tiercelet

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

L’école de Tiercelet, dans le Pays-Haut, est en danger suite à une décision du rectorat de l’académie de Nancy-Metz de fermer une classe. Selon les parents d’élèves mobilisés, il ne manquerait qu’un seul élève par rapport au minimum requis pour maintenir la classe !

La commune de Tiercelet dispose à l’heure actuelle de trois classes. En cas de fermeture d’une classe, un même instituteur aurait à gérer simultanément plus de 30 élèves de cinq niveaux de primaire différents ! Les conditions d’apprentissage seraient alors sérieusement dégradées. Les parents d’élèves redoutent la mise en place d’un cercle vicieux. La détérioration de la qualité de l’éducation risque en effet de provoquer dans les années à venir la fuite des élèves restants vers d’autres établissements, ce qui risquerait d’entraîner la fermeture définitive de l’école et la mort du village.

Afin d’éviter ce scénario catastrophe, les parents d’élèves ont déjà symboliquement bloqué à plusieurs reprises l’école de Tiercelet. Ils organisent une manifestation dans la commune le jeudi 24 avril à partir de 8h30 avec des barrages filtrants. Venez nombreux pour les soutenir !

Soucieux de préserver l’avenir de nos enfants par le maintien d’une éducation de qualité, le Groupe BLE Lorraine attend du ministère français de l’éducation des créations de postes dans notre région et non pas des fermetures de classes.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Une réponse à “Non à la fermeture d’une classe à Tiercelet”

  1. De plus en plus d’écoles attendent désespérément des professeurs remplaçants en Moselle

    Dans de nombreuses écoles de Moselle, l’éducation nationale française peine terriblement à trouver un remplaçant lorsqu’un professeur titulaire est absent. A tel point que les élèves restent parfois des jours sans aller en classe.

    Cette situation catastrophique résulte du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux qui était appliqué avant 2012. Les enseignants remplaçants ne sont plus que trente actuellement en Moselle, contre 140 avant les suppressions de postes. Il y avait une quarantaine de postes vacants à la dernière rentrée scolaire. Des remplaçants ont dû être affectés à ces postes, ce qui a forcément immédiatement interdit toute possibilité de remplacement ultérieure. Quand l’hiver et ses épidémies sont arrivés, la situation est donc rapidement devenue inextricable. Afin d’y remédier, l’éducation nationale propose de fermer des classes … Quitte à faire n’importe quoi, autant le faire jusqu’au bout. Désolant et inadmissible pour nos enfants.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.