Intelligence économique : le Skylander au cœur de la bataille des experts

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Aujourd’hui, le Skylander bénéficie de la part de l’Etat français d’une prime d’aménagement du territoire de 2,5 millions d’euros, d’une subvention de 2 millions d’euros, d’une avance remboursable de 7,4 millions d’euros d’Oséo, ainsi que de Crédits d’Impôt Recherche de 11 millions d’euros. Le Conseil Régional de Lorraine a également accordé trois avances remboursables de 9,1 millions d’euros, 7 millions d’euros et 5 millions d’euros. D’autres aides étatiques sont attendues, à savoir 5 millions d’euros de subvention à l’exportation de matériel militaire, 30 millions d’euros du Grand emprunt et 30 millions d’euros du Fonds Stratégique d’Investissement. Soit un total de plus de 100 millions d’euros d’aides publiques sur les 215 qui semblent aujourd’hui nécessaires à la concrétisation du projet Skylander en Lorraine (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2012/02/05/developpement-du-skylander-sk-105-en-lorraine/).

Après l’ouverture d’une enquête préliminaire fin janvier 2012 par la Commission européenne sur les aides accordées à Geci Aviation suite à la plainte déposée par un mystérieux particulier, un nouvel obstacle vient encore obscurcir l’horizon de l’entreprise. Selon les conclusions d’un rapport d’experts mandatés par Paris pour auditer le projet, celui-ci serait sous-financé dans son montage actuel. Les « experts » parient en effet sur un coût total de 306 millions d’euros, soit 69 millions d’euros de plus que les 215 millions d’euros prévus, auxquels manqueraient toujours 40 millions d’euros. Ils jugent également le plan d’affaire « optimiste » en termes de marché potentiel et de cadence de production. Ils tablent davantage sur un programme de 1 000 appareils sur 20 ans, soit une cadence de 48 livraisons par an, et non sur 1 500 avions sur 15 ans, en raison d’un marché qu’ils considèrent comme « délaissé par les constructeurs et sur lequel la location et l’occasion assurent une partie de la demande ». Ils prétendent par ailleurs que Sky Aircraft ne laisserait aucune marge aux aléas propres au secteur aéronautique et aux nouvelles adaptations nécessaires dans le cycle de vie de l’appareil.

Pourtant, des experts s’étaient auparavant montrés enthousiastes sur la qualité technique de l’avion, son positionnement sur le marché, le professionnalisme des équipes et sur son industrialisation à Chambley.

Toujours est-il que le rapport décrit plus haut devrait sans doute obliger Geci Aviation à revoir sa copie. L’entreprise pourrait alors s’adosser à un groupe aéronautique comme le souhaitent les pouvoirs publics ou retarder une nouvelle fois son programme.

A la lumière des trop nombreux éléments et évènements marquant ce dossier, le Groupe BLE Lorraine suspecte de plus en plus une nouvelle opération d’intelligence économique (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/08/16/lenim-victime-dune-operation-dintelligence-economique/) en coulisse. Des intérêts extérieurs chercheraient ainsi habillement à soutirer le projet pour qu’il atterrisse ailleurs qu’en Lorraine du fait des retombées qu’il laisse entrevoir.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.