Centre Pompidou-Metz : attention à la réputation !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le Centre Pompidou-Metz (CPM) a officiellement accueilli 372 000 personnes depuis le 1er janvier, ce qui en fait encore l’institution muséographique la plus visitée en France en dehors de la région parisienne, et ce, malgré la baisse de la fréquentation par rapport à l’année dernière. Et pour cause, la période estivale et touristique a été marquée par la fermeture de la grande nef et de la première galerie.

Si le CPM a malgré tout réussi à attirer 100 000 visiteurs durant cette période, beaucoup de personnes se sont plaint de la qualité des « restes » d’expositions.

Le Groupe BLE Lorraine estime que compte-tenu de cette offre muséographique réduite, il aurait été respectueux pour ses « clients » que le centre applique une tarification adaptée, c’est-à-dire moins chère qu’en période de pleines expositions. Le Groupe BLE Lorraine met par conséquent en garde les responsables du CPM, car c’est comme cela que se forge une réputation et l’envie pour les visiteurs d’un jour de revenir.

Par ailleurs, des études marketing ont montré que les touristes déçus ne manquent pas de faire savoir leur mécontentement à leurs différents réseaux et contacts. La rédaction de ce sujet en témoigne.

En attendant, l’ouverture le 12 septembre prochain de la nouvelle exposition thématique « Erre, variations labyrinthiques » permettra peut-être de combler le vide sidéral du Centre Pompidou-Metz.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

2 Réponses à “Centre Pompidou-Metz : attention à la réputation !”

  1. La direction du Centre Pompidou-Metz (CPM) a fait le choix de ne pas fermer drastiquement toutes les galeries, mais par pallier, ce qui implique des périodes où le bâtiment n’est pas entièrement ouvert, car il faut du temps pour passer d’une exposition à une autre. Chaque inter-exposition dure en effet près de huit semaines.

    Néanmoins, cela ne règle ni la question du tarif, ne celle du vide estival. Le CPM a en effet besoin d’une exposition majeure durant la période touristique. L’exposition « 1917 », qui rassemblera plus de 500 œuvres autour du plus grand Picasso du monde, devrait cela dit être opérationnelle avant l’été.

    L’exposition « Erre, variations labyrinthiques » devrait quant à elle surprendre les visiteurs à travers l’aspect errance mentale et vagabondage que propose la scénographie, qui amène à un questionnement sur l’histoire de l’art et sur ses origines. Comme une sorte de quête initiatique

  2. La nouvelle exposition enchanteresse du Centre Pompidou-Metz, Erre, variations labyrinthiques, présente 200 œuvres de 70 artistes différents allant des années 1950 à nos jours. Les visiteurs peuvent par exemple découvrir dans la Grande Nef Network of stoppages (1914) de Marcel Duchamp, un prêt exceptionnel du MOMA de New York.

    La question du labyrinthe traduit toute la complexité de notre monde, dans lequel il faut peut-être accepter de se perdre pour mieux se retrouver. L’exposition part sur les idées de la perte, de l’errance, de l’énigme et du vertige qu’inspire le thème du labyrinthe. D’où ce titre volontairement mystérieux, « Erre », un palindrome qui se lit aussi bien de gauche à droite et de droite à gauche. Aller et venir, tel semble, en effet, le destin du visiteur, comme le fut celui du Minotaure.

    Une alchimie réussie entre le corps et l’esprit visible du 12 septembre 2011 au 5 mars 2012 dans la Grande Nef et la galerie 1.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.